LEGENDE DU FOLD

Voici la légende du Scottish Fold : (extrait du Cabri club de la race)

Cette histoire se passe il y a longtemps, très longtemps, en un temps où la Lune n’avait pas encore été capturée par la Terre, en un temps où cohabitaient encore sur notre planète, dieux, diablotins et animaux.

L’homme n’avait pas encore été créé et n’existaient donc pas tous ces événements qui aujourd’hui gèrent notre vie : famine, guerre, esclavage, meurtres, misère.

Bref, on s’ennuyait ferme !

Près de cette terre bénie, là où résidaient les dieux, vivait un chat.

Ce félin avait une obsession : connaître le «dessous des choses», connaître les mystères de la création, le secret des dieux.

Errant dans le jardin d’Eden, notre chat rencontra un jour une belle diablotine, jeune, la fourrure laineuse, les moustaches aguichantes et une petite queue fourchue qui accompagnait, en dansant, chacun de ses mouvements. Il la regarda tristement. «Je sais ce qui te tourmente, lui dit-elle en ronronnant, j’ai vraiment envie de chasser ta tristesse, alors si tu m’apportes douze souris bien grasses j’ouvrirai pour toi le livre des origines, je te ferai accéder aux arcanes de la connaissance, de la sagesse et du pouvoir».

Sans un miaulement, notre chat bondit dans les fourrés et quelques instants plus tard déposa aux pieds de la belle douze souris bien grasses.

«Ha, lui dit-il, maintenant répond à mon attente».

«Oui», lui répondit la diablotine en frottant langoureusement son museau contre le flanc de notre chat.

Les deux compères traversèrent les déserts, marais et forêts et atteignirent le domaine des dieux, une vaste prairie ceinte d’un mur de pierre.

«Au-dessus du mur, je vais t’expliquer ce que tu vas voir, le grand processus de la création, le secret de la nature».

Notre chat se dressa de tout son corps, tel une loutre afin de pouvoir laisser son regard passer au-dessus du mur. Ses yeux s’ouvrirent d’étonnement comme deux soucoupes immenses, puis un sourire éclata sur son visage.

«Dis-moi tout maintenant, explique-moi ce que je vois et ne comprends pas» murmura t-il avec fièvre.

«Bien voilà, ce que tu vois c’est …»

A ce moment deux grandes mains se plaquèrent sur les oreilles de notre chat, l’empêchant d’écouter la suite du discours, un dieu qui revenait de sa cueillette journalière de champignons venait de les surprendre.

A sa vue la diablotine disparut sans demander son reste.

Le dieu retourna le chat vers lui.

«Curiosité est un vilain défaut, lui dit-il avec sévérité, quitte ce monde où tu n’as plus ta place».

«Afin que tu n’oublies jamais ce moment, désormais tu garderas la trace de mes mains, cela te rappellera que jamais les animaux ne doivent pénétrer les secrets des dieux».

Et depuis ce jour existe un chat aux manières de loutre, un chat qui garde les grands yeux étonnés et le sourire de celui qui a vu le grand secret de la nature ; un chat qui porte toujours sur le haut de son crâne des oreilles pliées par un dieu mécontent.

 Lindwood  

         LINWOOD                 MAMBO    et    JICKY DES TENDRES OURSONS

                                          JUST  SACHA

 

Laisser un commentaire